Contactez-nous

Pôle Marin

Principaux objectifs :

Le Pôle Marin a été structuré pour contribuer au développement de l'économie bleue en Nouvelle-Calédonie, et plus spécifiquement pour favoriser le développement des secteurs de l’aquaculture et des biotechnologies marines, en s’appuyant sur la richesse des écosystèmes marins locaux, dont le potentiel de valorisation est encore largement sous-exploité.

Depuis sa création en 2012, le Pôle Marin développe un programme d'expérimentation et de transfert, en s'appuyant sur 3 centres ou unités de productions pilotes dédiés, et un réseau de partenaires publics et privés issus des pouvoirs publics, de l’enseignement supérieur et de la recherche, et du monde de l’entreprise.

Les travaux visent notamment à renforcer la compétitivité de la filière crevetticole existante, à créer de nouvelles productions aquacoles en partenariat avec des entrepreneurs locaux, et à développer des filières d'avenir comme la pisciculture ou la production de microalgues.

 

 

Principaux domaines d’activités : crevetticulture, pisciculture marine, microalgues, diversification aquacole, biotechnologie, environnement marin lagonaire et hauturier, valorisation des co-produits de la pêche, ressources marines vivantes et minérales

Actions : R&D, expérimentations, transfert (techniques, technologiques et de matériel biologique sain et sélectionné), formations, contribution à l’innovation,  vulgarisation/diffusion

Effectifs: 32 personnes

Implantations : Nouméa, Boulouparis, Koné, Touho, Lifou

Les centres

Crevetticulture

Le Centre Technique Aquacole de Saint-Vincent est un outil d'experimentation et de transfert qui vise notamment à faire retrouver sa rentabilité à la filière crevetticole calédonienne.

Les actions principales du CTA sont les suivantes:

  • Transfert...
Microalgue

Le Centre Technologique des Microalgues a pour objectif d'étudier la faisabilité du développement de production de microalgues locales.

Ce centre est constitué d'un laboratoire d'étude (le LEMA) et d'un pilote de production (le...

Pisciculture

Le Centre Calédonien de Développement et Transfert en Aquaculture Marine, est un pilote de production qui a pour objectif principal d'étudier la faisabilité technico-économique du développement de la pisciculture marine à partir d'espèces locales.

Les principales...

DIVERSIFICATION AQUACOLE

Au-delà de la filière crevetticole qui produit annuellement 1600 tonnes de crevette bleue (Litopenaeus stylirostris) dont plus de la moitié sont exportées vers le Japon, les pouvoirs publics ont fait de la diversification aquacole une priorité. On peut ainsi noter l’émergence de filières d’élevage d’holothuries des sables (Holothuria scabra) et de picot rayé (Siganus lineatus) qui bien qu’issues d’initiatives privées sont largement accompagnées par les pouvoirs publics.

Certaines opérations ont également été conduites dans un passé récent,  dans le cadre d'initiatives privées, sur le pétoncle (Chlamys sp) et la langouste (Panulirus ornatus). Basées sur l'identification d'oppportunités de développement de nouvelles filières potentiellement porteuses, ces initiatives n'ont pas pu rencontrer le succès escompté, essentiellement en raison de barrières d'ordre zootechniques.

 

Les centres d'experimentation et de transfert du Pôle Marin de l'ADECAL Technopole permettent aujourd'hui d'envisager la conduite d'opération de diversification aquacole, étendues au delà des groupes d'espèces actuellement ciblés que sont les crustacés (crevettes) et les poissons. C'est donc afin d'engager des actions de diversification cohérentes, en accord avec les politiques de développement souhaitées par les collectivités que le Pôle Marin anime régulièrement des groupes de travail dédiés à la diversification aquacole. L'objectif étant de construire une stratégie de diversification partagée par tous et adaptée aux conditions rencontrées en Nouvelle-Calédonie.

L'année 2016 devrait à la fois permettre la poursuite des réflexions sur le sujet avec l'ensemble des collectivités de la Nouvelle-Calédonie, mais également le lancement d'un premier essai pilote de production de naissain d'huitres de roche qui sera effectué au CCDTAM de Koné, avec l'appui technique de la CPS et en partenariat avec un producteur local.

 

VALORISATION DES DECHETS DE POISSONS

La problématique du traitement et de la valorisation des déchets de poissons produits par le secteur de la pêche professionnelle est partagée par les provinces et c’est à ce titre que l’ADECAL Technopole a été mandatée en 2011, afin d’identifier les voies de valorisation envisageables.

Une première phase d’étude a permis de préciser les flux de déchets produits par secteur géographique et d’identifier les perspectives intéressantes en termes de marché local. Les secteurs de l’agriculture, de l’aquaculture, de l’élevage et de la revégétalisation minière seront potentiellement consommateurs des produits issus de la valorisation de ces déchets.

Un travail d’identification des technologies applicables a été conduit sur la base de critères de volumes à traiter, de débouchés envisageables, de contraintes d’adaptation du procédé au contexte local et de coûts de production. Il a permis de retenir le procédé de l’hydrolyse enzymatique à température dirigée. Une mission exploratoire conduite en novembre 2012 en Nouvelle Zélande a permis d’identifier un industriel (United Fisheries) ayant développé un procédé transférable en Nouvelle-Calédonie.

La Province des Iles Loyauté s’est positionnée en 2013 sur la mise en œuvre à Lifou d’un outil pilote de production d’hydrolysat avec une vocation multiple :

  • Valider la technologie dans le contexte local ;
  • Disposer d’un outil opérationnel dimensionné pour traiter les volumes de déchets générés par l'atelier de transformation du poisson de Lifou et les valoriser grâce à la production de fertilisants agricoles et de compléments alimentaires pour les animaux d’élevage, porcins notamment ;
  • Produire une quantité suffisante d’ hydrolysat brut et de fertilisant pour la conduite d’essais dans les centres technologiques de la Technopole, afin d’identifier les meilleures voies de valorisation envisageables dans un objectif de transfert de la technologie sur l’intégralité du gisement calédonien estimé à plus de 1000 tonnes par an ;
  • Réaliser l’étude technico-économique du développement du procédé àl’échelle du gisement calédonien.

C’est ces bases qu’un partenariat industriel a été signé en septembre 2013 avec la société Untied Fisheries. Ce partenariat prévoit le transfert de technologie et la fourniture des machines nécessaires à la mise en œuvre du procédé dans le cadre du projet pilote de Lifou, et le partage avec United Fisheries des résultats des essais conduits par la Technopole.

La signature du partenariat fin 2013 a permis le lancement du projet dont la partie équipements et aménagement a été confiée à l’ADECAL Technopole. Deux années de travail ont été nécessaire pour finaliser le projet tant sur les apects techniques, qu'administratifs et financiers.

Les travaux de construction du bâtiement sont actuellement en cours avec une mise en service de l'outil attendue pour la fin de l'année 2016.

Dès 1991, l’Etat, le Territoire et les trois Provinces se sont associés aux instituts de recherche, pour construire et lancer le programme multidisciplinaire ZoNéCo (Zone économique de Nouvelle-Calédonie) qui fête en 2016, ses 25 ans d’existence.

Le programme ZoNéCo a pour objectif principal de rassembler et de rendre accessibles les informations nécessaires à l’inventaire, la valorisation et la gestion des ressources minérales et vivantes de la Zone Economique Exclusive et des lagons de la Nouvelle-Calédonie.

Depuis 1999, ce programme de R&D initialement dédié à l’étude de la zone océanique s'est étendu au lagon, dont l’étude a été définie comme un axe prioritaire dans le cadre du schéma directeur 2000-2004.

ZoNéCo se situe à l’interface entre la recherche et les décideurs avec pour double vocation :

  • D’assurer la valorisation appliquée des résultats de la recherche conduite ou en cours dans les domaines liés aux ressources marines qu'elles soient vivantes ou minérales et à leur environnement
  • D’identifier les lacunes dans le domaine de la connaissance et de la gestion des ressources et de favoriser la conduite de travaux complémentaires permettant de combler ces lacunes

 

A partir de cet objectif principal les travaux conduits sous la responsabilité du programme ZoNéCo ont pour vocation de fournir les informations nécessaires pour assurer :

  • La valorisation des ressources en identifiant leur nature et en établissant leur inventaire (ressources vivantes et ressources minérales),
  • La protection et la restauration des ressources dont les retombées sont indirectes (protection des paysages et de la biodiversité dans un contexte d’écotourisme),
  • La durabilité de ces ressources en veillant à leur exploitation rationnelle et à la qualité de leur environnement.

 

 

Enfin, le programme ZoNéCo participe à la mise en oeuvre de la politique d’insertion de la Nouvelle-Calédonie dans la région.

Mieux connaître sa Zone Economique Exclusive et son potentiel en terme de développement économique est une préoccupation commune que partagent tous les pays de la région Pacifique. Pour cette raison, le programme ZoNéCo devrait devenir un outil privilégié pour la promotion d’actions de recherche et de développement en coopération régionale et internationale.

Un site internet entièrement dédié au programme ZoNéCo (www.zoneco.nc) permet d'avoir accés à l'ensemble des travaux réalisés, de leurs résultats et de télécharger l'ensemble des rapports, présentations et documents de vulgarisation pour l'ensemble des thématiques du programme.

 

 

 

A venir